Quelques haïkus

Par le rêve ouvrir
aux fantômes qui se pressent
aux portes du cœur

De l’esprit à l’âme
la mémoire poétique
fixe la beauté

Le travail du doute
est d’errer en démoniaque
quand revient la nuit

Il nous faut recoudre
en assemblant les morceaux
qui signent la vie

Sortir de son rêve
choisir entre les saisons
le bleuté du rêve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s