Vivre l’instant présent.

Deux dates sur une pierre

J’ai dû froisser souvent ta belle intelligence
Pardonne à ta maman, ce délire de souffrance
Quand le cœur est blessé, le cerveau ne répond…
Pas toujours en trouvant les mots de la raison.

J’ai si souvent perdu de ces instants précieux
Quand le compte à rebours…je lisais dans tes yeux
Alors, j’anticipais le terrible avenir
Faisais fuir le présent…en présumant le pire.

Accepter? Impossible! Se remettre en questions
Admettre de compter sur mes doigts tes saisons
Je suis restée maman, jusqu’au bout, jusqu’au pire
Et ma peur recouvrait tes grands éclats de rire.

Vivre l’instant présent, je n’ai pas su le faire
Si le temps permettait un retour en arrière
Je ferais de ta vie une orgie de lumière
De tes derniers instants une paix printanière.

Dépasserais mes peurs et mettrais du bonheur
Dans mes yeux , dans mon cœur, pour que jamais la peur…
N’attriste tes derniers printemps sur cette terre
Et que la joie te garde du frimas de l’hiver.

Publicités

Notre histoire est inscrite dans la mémoire du temps.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Notre histoire est inscrite dans la mémoire du temps, ciel et terre confondus, mort et vie aussi. L’espace-temps devenu, de ce fait, passeur de mémoire. Je ne sais plus, dans cet échange, lequel est venu à l’autre. Est-ce moi qui suis montée à lui, ou bien lui qui a joué avec la lumière jusqu’à combler par une symphonie de couleurs l’immensité d’un ciel qui m’était devenu obscur? Peut-être les deux, dans une similitude, une de ces synchronicités dont seules les âmes libérées sont friandes.

Indicibles secrets.

Juin 2015 vacances Palavas 346

Indicibles secrets.

Des âmes qui s’unissent
Des mains qui se choisissent
La sagesse sauvage
Des paradis perdus
Laisse un goût de voyages
Ceux d’amours non vécus
D’indicibles secrets
Laissés sur une page
Lieu d’une ivresse sage
De vœux non prononcés
Par une âme à jamais
Traversée de regrets
Musicales lueurs
D’une aube qui se meurt.