Du confinement

 

Elle remplit consciencieusement sa feuille de sortie. À la case 5 il est écrit : Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile… etc.

Un soleil généreux coule sur le jardin. Le rosier rouge (un authentique Mailland), à la robe velours et au parfum envoûtant, lui fait de l’œil tout en dispersant ses faveurs jusqu’au seuil de la cuisine.

Il faut dire qu’en ce mois d’avril, le temps est particulièrement estival. Paris, Rouen, Lille ou encore Strasbourg, battent des records de chaleur. L’envie de grandes balades se fait sentir. Elle ne choisira pas entre mer ou campagne… d’ailleurs même hors confinement ne lui demandez pas de choisir.

Elle ne peut s’empêcher de rapprocher ces deux événements : l’un météorologique, l’autre épidémiologique. Et si cette douceur du temps ne venait que pour atténuer la violence de ce drôle de combat contre la mort ?

Et ce plein soleil n’est-il pas une offense en cette période incertaine ; souffrances et deuils s’accommodent tellement mieux d’un ciel plus ombragé.

Au jour 39 du confinement, elle a écrit sur son carnet :

Sortie de chaos

un monde nouveau s’écrit

avec ou sans nous

Car l’après sera bouleversé, de cela elle en est certaine, et pas seulement pour les familles qui payent cher l’intrusion dans leur vie et dans celle de leurs proches de ce nouveau virus.

Coronavirus ou Covid 19 en référence à 2019. L’inconnu avance masqué, bousculant le monde scientifique, prenant de court celui des politiques.

Le citoyen lambda se sent exclu. Il ne peut que subir. Il aimerait bien un vrai débat sur la chloroquine, sur l’utilité des masques pour tous. Pour se rendre utile à la collectivité, peut-être aussi pour conjurer ses peurs, il fabrique des masques en tissu, achète local, applaudit le soir à 20 h les soignants. Tandis que le directeur général de la santé, dans une litanie échappée d’un autre temps, décompte nos morts.

Espérons en l’humain, en ses forces pour reconstruire mieux, et plus juste. C’est en temps de crise que l’homme se révèle dans le meilleur comme dans le pire.

Il reste de positif ce que nous n’attendions plus, comme un espoir, une résilience avant l’heure. La nature éveillée comme jamais, l’air plus pur, le chant des oiseaux couvrant les bruits disgracieux des voitures, les poissons plus proches de nos côtes, revenus dans des eaux moins polluées.

Un drôle de prélude

 

Et cette nuit encore où tu m’es apparu

Tout habillé d’enfance ; un cadeau imprévu

Ce geste d’abandon, cette adhésion du cœur

Une félicité visitant ma demeure.

 

Simple message ?

Prémonition ?

Épiloguons sur ce voyage, ce dépassement de l’être qui ne dépend pas du corps, mais de l’âme qui l’ayant précédé, finira par le dépasser.

Et cette sensation étrangère, inhabituelle, de se retrouver hors du présent l’espace d’un instant, de faire un plongeon dans le futur.

On voudrait le jouer tout en douceur, en nuance et pianissimo, ce drôle de prélude, en accord parfait et sans dissonance entre corps et esprit.

Il me suffit qu’il soit

 

20200420_215212

 » Et si vous allez quêter la joie, faites d’abord provision de joie. Remerciez avant d’avoir  reçu. »

Alain.  » Propos sur le bonheur »

Je ne demande rien pas la moindre faveur
Il me suffit qu’il soit pour contenter mon coeur
Et s’il se reconnaît dans cette foule immense
J’entrerais à bas bruit telle une confidence
Un peu dans son esprit et dans son existence.

 

Passer la porte des ténèbres Et que dans l’obscur Brille une lumière.

Et puisse être la mort

cette chemise d’eau qui glisse du bras

après la nage

et que soit la tristesse

cette lumière répandue dans l’herbe

qui fera le soir venu

un autre ciel à la mémoire »

Jean-Pierre Siméon

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et ce soleil

Qui est venu te chercher

Ne pourra atténuer

La tristesse des vivants

 

Ce contraste à la nuit

Cette claque dans le silence

Et ce chagrin immense

Au matin

 

Était-ce pour te vêtir

Comme l’est la jeunesse

D’un habit de lumière

 

Ou bien pour nous dire

Que le deuil d’une mère

Emporte avec lui

Le cœur de toutes les mères

 

Écrire pour retirer

Du silence au silence

Pour relier les vivants

Dans l’absence

 

Passer la porte des ténèbres

Et que dans l’obscur

Brille une lumière.

À Mathieu et Françoise

Confinement jour 30

 

S’il ne devait me rester qu’une heure… une heure seulement…

Ne me demandez pas de choisir entre ces deux amours, je ne le pourrais pas.

Ne me demandez de choisir entre la campagne et la mer, je ne le pourrais pas.

Ce serait comme m’astreindre à une préférence entre deux enfants chéris d’une même tendresse.

Ne me demandez pas lequel du vert ou du bleu sied le mieux à mes yeux, moi-même je ne le sais pas…

Ni comment faire un choix entre l’espérance et le rêve,

entre le renouveau et la sagesse.

Entre le vert et le bleu,

Entre la racine et le vent,

Entre l’arbre et l’océan.