L’infini qui respire.

fleurs 17 06 2014 001

Retenu le parfum des fleurs

Attend pour exhaler son heure

Nous ne faisons qu’aller, venir

En nous l’infini qui respire.

 

Notre âme sait déjà son chant

Elle est le fleuve et l’océan

Rien ne sert vouloir retenir

En nous l’infini qui respire.

 

La sève qui monte et descend

Dans l’homme se contient l’enfant

Aucune ride à venir

En nous l’infini qui respire.

 

Quand l’ auto guérison du cœur

Changera le chardon en fleur

Notre genèse en avenir

En nous l’infini qui respire.

 

Publicités

Dix ans

Quand je me suis perdue, quand ta main dans ma main
Ne me réchauffait plus, je ne voyais plus rien
Pourtant j’avais semé des perles, des cailloux
Pour ne manquer aucun précieux rendez-vous.

J’ai regardé hier n’ayant plus de demain
J’ai regardé derrière mais déjà le chemin
Était allé bon train et sans m’en avertir
Avait enchevêtré mes plus doux souvenirs.

Et voilà qu’aujourd’hui dix années ont passé
On me dit que la vie vaut bien cette nuitée
Quand moi je donnerais pour un jour pour une heure
T’avoir à mes côtés dix années de bonheur.

Puisque tout continue le temps n’efface rien
Ciel et terre aujourd’hui ne font qu’une demeure
Et si tu es partout c’est surtout en mon cœur
Que fleurissent les fleurs des graines du chagrin.

Jolie fleur étiolée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jolie fleur étiolée
De n’avoir vu du jour
Qu’un trop mince filet
N’étiez-vous pas bien née?
Comment être restée
Toute une vie durant
Sans connaître le vent
Et son doux chant d’amour?
Pourtant dans ce chagrin
A l’abri de vos murs
Vous vivez l’aventure
De paradis cachés
Perdus puis retrouvés
A l’aune d’un baiser
D’aubes et de crépuscules
De prairies qui ondulent
Sous la vague des blés
Tout meurtris de soleil
Le songe se propage
Un coquelicot sage
Dans sa robe vermeille
Vous invite au voyage
Le temps d’un mariage
Ou d’un rêve d’été.

L’inespéré venait du ciel.

D’où venait-il exactement?

Elle ne l’avait enfanté

Ni en son sein ni en pensée

Ni dans ces heures les plus sombres

Celles qui étalent leurs ombres

Longtemps après le jour passé.

 

Cette âme ne pouvait venir

Que d’un passé sans avenir

Une porte sur le néant

Qui traversait tel un présent

Inébranlable ou impavide

Survolant l’insondable vide.

 

Elle ne se souvient plus quand

Cela devait être son heure

Cette descente sur son cœur

Ce baume oint sur les tourments

Ce beau cadeau, cet essentiel

L’inespéré venait du ciel.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des larmes d’amour

la cuisine après lla cuisine de cricri 012

De velours frappé
De nacre irisée
La rose au matin

Aux portes de l’âme
Ouvre le sésame
De son cœur écrin

De la fleur éclose
Paupières mi-closes
Exhalent un parfum

Des larmes pétales
Perlent à ses joues pâles
Tracent leur chemin

Des larmes d’amour
Des larmes velours
Déversent sans fin

Fragrance d’espoir
Et de désespoir
Comme est le chagrin.

Mystérieuse Aura.

fleurs le 11 06 2013 009

C’était au mois de juin, au début de l’été
D’un délicieux parfum, le vent était chargé
Quelques fleurs au jardin se disputaient la place
Tendre rivalité de couleurs et de grâce.

À ces notes florales sentant bon l’air du temps
L’échappée sidérale d’un destin envoûtant
Une douceur planait… mystérieuse Aura
De ces choses du ciel qu’on ne s’explique pas.

Un joli papillon s’est posé sur la main
De l’homme reconnu pour être un écrivain
Une lumière ocrée épuisait ses rayons
– Il est temps se dit-il de rentrer au salon !

Tout en tourbillonnant la petite âme ailée
Sur les cheveux de l’homme a posé un baiser
Avant de repartir au pays où là-bas
Les fleurs ont un parfum qui ne s’étiole pas.

Crépuscule.

9 04 2015 un petit air d'été 008

C’est l’heure douce où la chaleur
Tombe en donnant du souffle aux fleurs
Tout le jardin semble accueillir
Les effluves de leurs soupirs.

Seules les pierres ont en mémoire
De la chaude journée l’histoire
Les souvenirs dans leur grimoire
Ne seront pas sortis ce soir.

Finis semailles et moissons…
Les désirs et les passions
Les fins de phrases ont ce ton bas
Des voix qui s’éteignent déjà.

Immarcescibles sont les fleurs
Poussées un jour au fond du cœur
L’âme respire le cadeau
Que sont la paix et le repos.