Te reconnaître

Dans la fleur qui éclot et dans l’enfant à naître 

Dans le regard du chien qui retrouve son maître 

Au plus profond des mots, dans l’encre et dans la sueur

Du poème égaré le manque annonciateur.

 

Dans le chant du ruisseau, cascade du matin

Quand l’oiseau y ébroue son grelot de chagrin 

Dans le baiser volé à  l’étoile filante

Le voeu non prononcé à l’éphémère amante

Te reconnaître…

Publicité

Une réflexion sur “Te reconnaître

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s