À l’immortelle Bien-aimée.

«  Ne séchez point, larmes d’un amour éternel ! »

Johann Wolfgang von Goethe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

» Le six juillet au matin

Mon Ange, mon tout, mon moi – seulement quelques mots aujourd’hui, et cela au crayon – (avec le tien) –  » Ludwig van Beethoven 

 

Jamais aveu ne fut plus tendre

Jamais amour plus enflammé

Que ce trésor tenu caché

 

Qu’importe la destinataire

C’est à la musique, à l’éther

Que cette lettre est destinée

 

Un amour trop grand ici-bas

Brûlant d’une Appassionata

Et de ces deux cœurs consumés

 

Un lied à la postérité

Des notes à jamais imprimées

Sur l’immensité bleue du ciel

 

Jamais aveu ne fut plus tendre

Jamais amour plus enflammé

Que cette missive au secret

 

À l’immortelle Bien-aimée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s