Avant qu’un monde sans couleur Emprisonne les bleus

D’or le sable des grèves
Sépia l’intissé des chagrins
Avant qu’un monde sans couleur
Emprisonne les bleus
Glisser sur le merveilleux
Les rêves de cobalt
Instruisent les poètes
À y tremper leurs plumes
Leurs archets, leurs pinceaux
L’iris de leurs yeux
En a gardé la trace.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s