Un autre langage

Peut-être à la fin de sa vie faudrait-il inventer un autre langage…

Une parole sans les codes, une écriture qui ne se signerait pas, pour enfin dire tout ce que le coeur renferme de non-dits : phrases alambiquées, camouflés de silence, souffles retenus, désirs inexplorés, voyages inachevés.

Une langue qui comblerait les passages à vide :
Les trop-pleins d’absences
D’abandons
Fausses résiliences.

Quand le premier langage, celui qui ne trahit pas, qui passe par le cœur avant de s’élaborer dans l’esprit, nous a quitté avec l’enfance.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s