La pureté du non-savoir.

La pureté du non-savoir.
Impossible à garder une fois passée l’enfance. Pureté des premiers regards.

Plongeon dans le rien, le non dévoilé, dans l’infini du mystère.

Le poète cherchera à retrouver cette singularité, cette unicité, dans le dépouillement, dans l’oubli des savoirs.

Sa quête ? Son propre univers primordial, non encore parasité avant d’être aiguillé dans les ornières de l’apprentissage.

L’Art du poète est peut-être de poser un regard depouillé de savoirs, au format qui serait celui d’un rêve universel, avec des mots sans plus d’âge, tant ils ont été employés, malmenés, revisités.





Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s