Ma bulle protectrice, pourquoi, pour qui, tenter une sortie ?


 » Qui donc nous a retournés de la sorte pour que, quoi que nous fassions, nous ayons toujours l’attitude de celui qui s’en va ? « 

Rainer Maria Rilke


Un cocon de soie, une bulle enveloppante, un globe de verre lumineux de transparence.


En isolant de l’extérieur celui qu’elle abrite, la bulle protège autant qu’elle isole de ce qui blesse, mais aussi endurcit.

Sommes-nous jamais prêts à entrer dans l’arène ?
À jouer quitte ou double un confortable ennui sur un appel inconnu ?
Et ne risque t-on pas à vouloir pénétrer plus de vie d’y abandonner un peu de son âme ?

Un éclairage en clair-obscur, un chemin capitonné d’ombres… silence et mystère résiste à la levée du jour. L’aube y est plénière.

Ici et là pourtant, dans les branchages, perce une lumière, elle arrive jusqu’à ta bulle, t’invite à tenter une sortie.


La tentation de la sortie…

Choix ou nécessité ?

Et si, plus simplement, moins grandiose, hasard de vie.

Au tourbillon des contraires… lumière et ombre, chaud et froid, brises et tempêtes, joies et chagrins, courage et lâcheté : se toisent, se croisent, se percutent, frôlent ces
antipodes que sont la vie, la mort.

Dans cet imbroglio, la course folle pour chaque individu à ne pas perdre l’une, à faire reculer l’autre au plus lointain.

S’abandonner sans s’abîmer…

Nous sommes tous des équilibristes.

La roue dentée du quotidien nous enclave. Si nous pouvions nous détacher sans risquer la chute.

La loi de la nature ne connaît pas la stase ni le retour en arrière. La régression n’est pas prévue, pourtant certaines épreuves retournent nos vies en les projetant dans un temps autre que linéaire.

Est-ce pour nous dire combien nous sommes périssables que nous allons de métamorphe en métamorphose, sans pouvoir ne rien retenir de ce que nous perdons en chemin ?

Plus jamais à l’identique, déjà s’estompe le souvenir de ce que nous étions avant cet amuïssement de l’être.

Qui a gagné, qui a perdu ?

De métamorphose en métamorphose…











Une réflexion sur “Ma bulle protectrice, pourquoi, pour qui, tenter une sortie ?

  1. Bonsoir!
    je souligne:
    « S’abandonner sans s’abîmer…
    Nous sommes tous des équilibristes.
    La roue dentée du quotidien nous enclave. Si nous pouvions nous détacher sans risquer la chute ». passage qui met à l’épreuve « la bulle protectrice » dont il est question ici, et que j’ai bien appréciée…à son ton allant.
    Aussi, j’ai touché, hier soir, par coincidence, en gribouillant une formule qui annonce un prélude, à un de ces mots soulignés hier soir, sous une perspective différente, cependant…
    Et, « de métamorphose en métamorphose »….Bonne continuation.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s