Une étoile dans la nuit


L’impossible décryptage du poème


Mon souffle, mon apnée
Pour quelle destinée
Mon esprit est coiffé
Que mon corps ne sait pas.


Rien de plus secret que le poème.
Son langage musical sublime ce que le réel contraint ; il devient impossible à décrypter tant le ressenti est unique à chacun.
Le poème est l’équivalent de l’étoile, visible quand toujours plus de nuit, cachée à nos yeux quand rayonne une autre étoile, le soleil. La poésie pour voir le jour empreinte la nuit.
Qui sait voir autrement que par les yeux peut étreindre plus facilement l’invisible, se glisser dans l’encre des mots, instruire l’imaginaire de toutes les formes et visages, en inspecter les auras.
Nous voulons absolument interpréter, rendre clair l’obscur, mais il y a autant d’interprétations à donner à un poème que de synapses et de neurotransmetteurs fusionnant d’informations entre cellules.

Le poème s’affranchira de tous les dictats, coulera son écriture en chacun de nous, débordera à la marge, se glissera dans nos mots, nos influences, notre savoir, s’alimentera de nos émotions, de notre vécu.
Car l’étoile nous échappe toujours. Même quand nous croyons la saisir par toujours plus d’imaginaire, c’est de ciel épuré que nous avons besoin pour en discerner quelque peu sa luminosité.


Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s