Aux dernières lueurs

Et de ce flottement de silence et de vide
Quand le ciel est si bas et qu’une mer avide
D’absorber en son sein les dernières lueurs
Dans un crépusculaire et dernier égrégore
C’est le feu de la vie qui danse encore, encore.

Une réflexion sur “Aux dernières lueurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s