Mais il est tard mon ange

Mon ange, viendrez-vous me border cette nuit ?
Atténuer ma tristesse. Voyez comme je suis…
Redevenue petite et lasse et sans défense
Viendrez-vous pour ôter de ma blessure la lance ?

Le rêve était si doux que je prolongerais…
Bien la petite mort jusqu’à l’illimité
À qui sait la saisir cette joie improbable
Souffle l’éternité au cœur de l’ineffable.

Mais il est tard mon ange, prise dans les filets…
Du temps, la vie s’en est tout doucement allée
Feuilles mortes et regrets font le lit de l’hiver
Nous ne ferons jamais du bois mort un bois vert.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s