Rêve d’été

 

 

La brume de chaleur qui traverse le corps
Et ces morceaux de ciel que le vide dévore
Au tremblé du réel le rêve est un décor
À l’acheminement brisé en plein essor.

Le rêve de l’été dans l’instant qui chavire
Aux crêtes sous plein vent aucun petit navire
Les plages désertées de leurs amants sans rires
Puis l’horizon scindé par les mots qui déchirent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s