Vérone et Salamanque

La maison est fermée plus aucun bruit autour

Quand la joie éclipsée combien le souffle est court

Telle une ombre en apnée dans l’attente du jour

Le jardin orphelin ne reçoit plus l’amour.

 

 

Grande est la solitude à celui qui se meurt

De ne savoir aimer dans sa propre demeure

Nos désirs confondus au creuset de nos manques

Amour et passion Vérone et Salamanque.

Une réflexion sur “Vérone et Salamanque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s