Sous la voûte du ciel

« Je ne crois ni à ce que je touche, ni à ce que je vois, je ne crois qu’à ce que je ne vois pas et uniquement à ce que je suis » 

J. Tharaud


Quand l’attente est latente
Au cadran de nos jours
De combien de neuvaines
Dans ce désoeuvrement
Et ce parfum d’encens
Qui court sur les lèvres
Embrasées des amants

Un souffle sibyllin
Se confronte au réel
Tout chargé de divin
Sous la voûte du ciel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s