Il n’y a de réel hormis la poésie.

Je dessine un soleil et ma nuit s’éclaircit
Puis sur le temporel je trace un infini
Il n’y a de réel hormis la poésie
Quand d’un trait le destin à l’encre bleue s’écrit.

D’avoir fixé le ciel nos yeux passent au bleu
Et combien de regards avant d’être amoureux
La folie de la fleur est de devenir fruit
Entre ces deux états coule comme un sursis.

Je dessine un soleil et ma nuit s’éclaircit
Puis sur le temporel je trace un infini
À mes matins vermeils à ma mélancolie
Il n’est qu’un seul sésame au seuil du paradis.

N’attends pas prends la mer vogue sur l’océan !
Rêve à ciel ouvert sur l’horizon tremblant
Ce sera ton mystère à l’oreille du vent

Il n’y a de réel hormis la poésie.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s