Réécrire sans fin Les alexandrins Du roulis des jours #Poésie

Réécrire sans fin
Les alexandrins
Du roulis des jours

Sans même en comprendre
Césures et reprises

La pensée s’octroie
De panser le corps
Par l’effacement

Par la douce antienne
Son rythme inlassé
De glisser au bleu

Écoute et entends
Le refrain du temps
Au cœur du murmure

Le glas du sarment
Qui ne peut fleurir
Résonne au néant.


Publicité

2 réflexions sur “Réécrire sans fin Les alexandrins Du roulis des jours #Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s