Un drôle de prélude

 

Et cette nuit encore où tu m’es apparu

Tout habillé d’enfance ; un cadeau imprévu

Ce geste d’abandon, cette adhésion du cœur

Une félicité visitant ma demeure.

 

Simple message ?

Prémonition ?

Épiloguons sur ce voyage, ce dépassement de l’être qui ne dépend pas du corps, mais de l’âme qui l’ayant précédé, finira par le dépasser.

Et cette sensation étrangère, inhabituelle, de se retrouver hors du présent l’espace d’un instant, de faire un plongeon dans le futur.

On voudrait le jouer tout en douceur, en nuance et pianissimo, ce drôle de prélude, en accord parfait et sans dissonance entre corps et esprit.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s