Célestes sont les voix qui portent l’indicible

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans l’immense et l’infime, aux confins de l’étrange

Il est partout, partout, m’a révélé un ange

Dans le matin frileux, le crépuscule ardent

Dans l’opale irisée d’une larme d’enfant.

 

Il est partout, partout, m’a révélé un ange

Dans l’immense et l’infime, aux confins de l’étrange

Dans le rideau de pluie que traverse le jour

Ces lueurs perlées d’un elfe épris d’amour.

 

Célestes sont les voix qui portent l’indicible

Aux portes du poème écrit dans l’invisible

L’éternité s’exprime à travers le vivant

Entre nos yeux mi-clos œuvrent tous les printemps.

Publicité

Une réflexion sur “Célestes sont les voix qui portent l’indicible

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s