De la nécessité à l’envie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’écriture peut être une nécessité. Un besoin comme celui de nourrir son corps, se vêtir, respirer. Cette écriture-là n’a rien de romanesque, elle n’a pas vocation à devenir un conte ni un roman, non plus pour objet de faire jolie, d’être musicale ou poétique. Elle s’invite pour cristalliser ce pan de notre être que nous pourrions perdre définitivement, si nous ne colmations pas les deux mondes qui viennent de se séparer, celui de l’avant et celui de l’après.

Et puis il y a eu ce glissement…

De la nécessité à l’envie…

Ce fut un fléchissement plus qu’une inclinaison, un enroulement en douceur vers quelque chose d’autre, pas forcément plus positif ou meilleur car non nécessaire, mais certainement plus gai, nouveau et non appréhendé. Une mise en place sans ordre émis par une volonté, de fait inconsciente, puisque ne faisant aucune vague à la surface, pareil au temps qui passe, et qui laisse sa griffe définitive, au coin des yeux, lentement, de manière si détournée que l’on n’a rien vu venir.

De l’envie à la création…

«  Le besoin de créer est dans l’âme comme le besoin de manger dans le corps. » Gaston Bachelard

C’est peut-être là toute la différence entre le besoin vital, mal dégrossi parce que nécessaire, et le choix d’une écriture choisie, réfléchie. Parfois cela donne de drôles de bébés. Accoucher de la vie à partir de rien n’est pas la même chose que mettre au monde dans un désir de création ; le premier est une urgence, un sauve-qui-peut et certainement une erreur de le formuler sous forme de poésie. Le rocher brut au pied de la falaise, usé par le ressac d’une mer agitée, érodé par le temps, ne deviendra jamais la pierre taillée en facettes qui captent la lumière.

Si on a la chance de passer de la nécessité à l’envie, on est presque sauvé. On peut regarder à nouveau hors et non être celui qui garde le regard tourné en dedans. Ouvrir toutes les fenêtres et les portes de la maison. Laisser le soleil en franchir le seuil. Il y a une feuille, un crayon, prêts à saisir quelques rayons pour aller vers une autre direction, une autre dimension.

De la création au plaisir…

Quand créer devient plaisir il n’y a plus d’obstacles, d’étapes, qui ne soient infranchissables.

Il arrive même que l’écriture réinvente son sujet à partir de sa propre cristallisation.

4 réflexions sur “De la nécessité à l’envie

  1. C’est très intéressant …
    j’avoue que de plus en plus, l’écriture prend de la place. J’ajouterai même que j’ai du mal à supporter maintenant une journée sans écriture…Au point où j’ai réduit mon temps de repas à peau de chagrin mes jours travaillés et que je vois beaucoup moins mes collègues, préférant rester seule à écrire…
    Je dois finaliser la conception de mon recueil et pourtant même cela me semble être du temps volé à l’écriture…
    Bonne soirée Josette.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s