Au soir de Noël

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quand la nuit commençait à tomber, signant ainsi la fin de la journée, j’étais triste, même petite fille j’étais triste. Noël s’éloignait déjà… Cela commençait pendant le repas du midi. Je n’ai jamais réussi à vivre la journée dans la même joie jusqu’au bout. Il aurait fallu que le temps s’arrête, un peu avant, le matin par exemple ou la veille car ce qui n’est pas encore possédé est tellement plus précieux, étant de l’ordre de l’inaccessible.

Les cadeaux que je pouvais recevoir ne comblaient en rien la perte du merveilleux de l’attente, du rêve, de toute cette effervescence, de la magie née du mystère autour de la Nativité.

Quel que soit l’âge, parents, grands-parents, tous prennent leur bain de jouvence, redeviennent le petit enfant qui attend quelque chose de particulier, quelque chose qui n’arrive qu’une fois dans l’année, qui éveille l’âme. Cela tient du divin, du sacré, du magique, de l’incommensurable.

Fresque du souvenir est l’indicible soleil aux premiers jours d’hiver qui se pose au cœur de toute chose. Le miracle est là pourtant nous ne savons pas, mais nous entrons dans le mystère, nous, témoins silencieux.

Je n’ai jamais aimé quand la nuit commençait à tomber sur le jour de Noël.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s