Du cœur des lumineuses

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » Malheur à moi qui ne sais pas écrire de la musique »  Christian Bobin

Malheur à moi qui ne connais pas le chant des étoiles

L’inaudible aux vivants

Du cœur des lumineuses

Résonne dans l’immense

Entre nous et le ciel

 

Le vide rempli du manque

Chante son indicible

Lieu d’une union secrète

De la mort au vivant

 

Sont les âmes apaisées

Par le chant sidéral…

Le sol dièse du soleil

 

Et toutes ces étoiles

Avec leur son unique

Qui chantent un destin

 

Dans l’espace sidéral

Ta voix au diapason

Et plus jamais le vide

Ne sera le néant.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s