Il a posé sa joue sur sa joue endormie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Il a posé sa joue sur sa joue endormie

Elle n’a pas ressenti la fraîcheur de la nuit

Juste un tressaillement au contact du soupir

Qui courait sur les lèvres empreintes de désir.

 

Il faut par la pensée exercer ses pouvoirs

Jouer d’éternité la valse des miroirs

Les nuits de pleine lune à l’amour sont propices

Qui parfument en secret les roses et les lys.

 

Ces retrouvailles hors temps sous la course du vent

Passent tous les obstacles et les atermoiements

Cette fois c’est bien lui venu la visiter

C’est son ami le vent qui le lui a confié.

 

Il a posé sa joue sur sa joue endormie

Elle n’a pas ressenti la fraîcheur de la nuit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s