Le neige retient l’enfance

enfance 034

 » Chacun recèle en lui une forêt vierge, une étendue de neige où nul oiseau n’a laissé son empreinte. »

Virginia Woolf

C’est un lieu inhabité, un refuge intemporel. On y entre le cœur débarrassé de ses vieux oripeaux. Ne reste que le blanc et ce silence ouaté des espaces infinis encore vierges du pas de l’homme.

 Le blanc recouvre tout dans une joie première, naïve, et pure. La neige tourbillonne sur les ans, efface les traces embourbées d’un temps assassin.

Danse du blanc, voltige de la poudreuse, effervescence de l’air. Le ciel n’est jamais loin, la neige en a pris un peu de son bleu.

L’esprit est cinéaste, le cœur est photographe.

Le neige retient l’enfance.

*———–*

Bonnets et cagoules

La neige retient l’enfance

Flocons sur le cœur

 

 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s