« Ce qui nous sauve, ce sont les ruines de nos antiques confiances » Christian Bobin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quand la vie chahute nos certitudes, nos fondements, nos valeurs, quand la peur fait de l’ombre à notre hardiesse, il reste un petit coin du cœur, un refuge intérieur, une grâce de l’enfance qui perdure et protège le socle même de la vie.

Certains au fil des ans ont construit des murs si hauts, si épais, si sombres, qu’ils n’ont plus accès à la cachette où se trouve leur cœur enfant, celui qui recèle la confiance innée des premières années de vie. La clef se trouve pourtant être le plus souvent à l’intérieur des failles de leur propre construction. Ils cherchent avec leur intelligence à retrouver ce qu’ils ont perdu pour l’avoir, de fait, emmuré.

D’autres ont laissé libre cours à leur intuition, ce vent de l’esprit dont le souffle peut aussi bien soulever que rabattre. Le puzzle de nos vies est fait de labyrinthes et nous n’avons pas tous le don des énigmes. L’intuition n’est pas la confiance, mais parfois elle s’en fait la gardienne.

Qui n’a pas ressenti de la confiance pour une personne qui à priori n’a rien fait pour la justifier. Cette confiance là n’est pas du ressort du raisonnement ou de l’intelligence, mais de l’intuition et du ressenti. Le cœur a sa propre intelligence dont nous ne soupçonnons pas toujours la portée sur notre vie et celle des autres. Ce qui nous sauve est déjà à l’intérieur de nous.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s