Crépuscule.

9 04 2015 un petit air d'été 008

C’est l’heure douce où la chaleur
Tombe en donnant du souffle aux fleurs
Tout le jardin semble accueillir
Les effluves de leurs soupirs.

Seules les pierres ont en mémoire
De la chaude journée l’histoire
Les souvenirs dans leur grimoire
Ne seront pas sortis ce soir.

Finis semailles et moissons…
Les désirs et les passions
Les fins de phrases ont ce ton bas
Des voix qui s’éteignent déjà.

Immarcescibles sont les fleurs
Poussées un jour au fond du cœur
L’âme respire le cadeau
Que sont la paix et le repos.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s