À mon grand frère…

enfance9

 

Quand il n’y a plus de mots

Que le froid devient l’écho

D’une non présence

Et que vibre pourtant

Pour ceux qui restent

Le silence

Tout rempli de mémoire

Ta mort qui fut sans bruit

Résonnera longtemps.

 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s